paroisse-plouaret

Diocèse St Brieuc

RCF Côtes d'Armor

Paroisse Lannion

Plestin-Ploumilliau

Plouaret Ville

CATÉCHÈSE
Habillage moderne de ce que chacun connaissait sous le nom de catéchisme avec néanmoins une acception probablement plus large puisque, avec le développement du catéchuménat cet enseignement concernant la foi chrétienne peut concerner aussi bien des adultes que des enfants.

Prénoms de l’enfantBaptême

Important : Il est demandé aux parents de donner à leur enfant au jour du baptême un prénom du calendrier chrétien qui sera transcrit dans le registre paroissial des baptêmes. Le parrain ou la marraine peuvent à défaut donner eux-mêmes à leur filleul un prénom du calendrier chrétien qui sera porté dans le registre. Les parents, parrains et marraines sont invités à participer aux réunions préparatoires et à la messe des familles du dimanche qui suit.

 

Pour toute démarche en vue d’un baptême d’enfant d’adolescent ou d’adulte, veuillez prendre contact avec le presbytère de Plouaret qui transmettra.


CATÉCHISME et CATÉCHUMÉNAT Élément le plus repérable de l'éducation chrétienne des enfants, le catéchisme est un parcours structuré, vécu en communauté (alternance de rencontres d'équipes, de réflexion en famille, de célébrations à l'église) et initiant les enfants, sur plusieurs années, à l'entrée dans l’alliance que Dieu propose aux hommes. Dans la plupart des diocèses de France, le catéchisme commence lorsque l'enfant entre en CE2 (autour de 8-9 ans). Le catéchuménat (on prononce «katékuména») est le temps de préparation au baptême, rythmé par plusieurs étapes. Le sacrement du baptême

Le Baptême est le plus beau et le plus magnifique des dons de Dieu... Nous l’appelons don, grâce, onction, illumination, vêtement d’incorruptibilité, bain de régénération, sceau, et tout ce qu’il y a de plus précieux. Don, parce qu’il est conféré à ceux qui n’apportent rien ; grâce, parce qu’il est donné même à des coupables ; Baptême, parce que le péché est enseveli dans l’eau ; onction, parce qu’il est sacré et royal (tels sont ceux qui sont oints) ; illumination, parce qu’il est lumière éclatante ; vêtement, parce qu’il voile notre honte ; bain, parce qu’il lave ; sceau, parce qu’il nous garde et qu’il est le signe de la seigneurie de Dieu (St . Grégoire de Nazianze)

 

 

Les parents qui demandent le baptême s’engagent à catéchiser leur enfant. L’enfant baptisé a besoin de trouver dans sa famille les repères religieux qui vont l’aider à découvrir Jésus.Une équipe de jeunes mamans se propose de vous aider à tenir votre engagement dans les rencontres d’éveil à la foi (enfants de 4 à 7 ans). Dans notre paroisse ces rencontres sont sans doute encore trop peu connues et trop peu suivies. Plusieurs rencontres ont lieu dans l’année, des dates vous sont rappelées dans le bulletin, la presse, et par voie d’affichage.
Il s’agit essentiellement de mieux connaitre le déroulement d’une messe aux enfants.

LA CONFIRMATION
Par les sacrements de l’initiation chrétienne, le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie, sont posés les fondements de toute vie chrétienne. " La participation à la nature divine, donnée aux hommes par la grâce du Christ, comporte une certaine analogie avec l’origine, la croissance et le soutien de la vie naturelle. Nés à une vie nouvelle par le Baptême, les fidèles sont en effet fortifiés par le sacrement de Confirmation et reçoivent dans l’Eucharistie le pain de la vie éternelle. Ainsi, par ces sacrements de l’initiation chrétienne, ils reçoivent toujours davantage les richesses de la vie divine et s’avancent vers la perfection de la charité " (Paul VI)

 Sacrement de confirmation

Comme ce mot l’indique, ce sacrement confirme la grâce reçue au baptême.
La confirmation, sacrement de l'initiation chrétienne est le rite par lequel le baptisé est confirmé dans l'Esprit Saint comme membre vivant de l'Église. Le Saint Esprit est symbolisé dans l’iconographie religieuse par une colombe.

La confirmation rend le baptisé capable, avec l’aide de l’Esprit saint, de porter témoignage de sa foi dans le monde où il vit. Dans le baptême, Dieu dit «viens» dans la confirmation, il dit "va".

Le parrain et/ou la marraine de confirmation peuvent être différents de ceux du baptême. Dans tous les cas, ce sont des personnes qui ont reçu les trois sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, eucharistie et confirmation.
Recevoir le sacrement de confirmation est un choix personnel que l’on peut faire lorsqu’on est adolescent ou adulte : quand on a compris que l’amour de Dieu reçu au baptême est un trésor que l’on ne peut pas garder pour soi, qu’il faut le partager. Il est possible de demander à recevoir ce sacrement en s’adressant à sa paroisse. Des confirmations de jeunes et d’adultes sont régulièrement proposées. Ce sacrement est habituellement conféré par l’Évêque qui est chargé de "confirmer ses frères dans la foi" ; c’est vers l’âge de 15-16 ans que les jeunes font cette démarche, après un temps de préparation en équipe de jeunes ou dans un groupe avec des adultes. La célébration est présidée par l’Évêque ou son délégué

ACTE DES APÔTRES
(2,1-4) "Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint : ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit."

LE MARIAGE
Pour les chrétiens, le mariage n’est pas seulement l’amour entre un homme et une femme. Il est aussi le signe de l’amour de Dieu pour les hommes, signe de son Alliance. C’est à travers leur amour mutuel, dans toutes ses dimensions (partage des bons et des mauvais moments, l’amour physique, la fécondité, le respect de l’autre dans la liberté…) que les époux découvrent ce qu’est l’amour de Dieu pour l’humanité : le don de soi sans réserve.
Pour vivre pleinement l’amour, l’Église catholique propose quatre piliers :
la liberté : chacun des fiancés doit être pleinement libre au moment de son engagement,
la fidélité : ils se promettent fidélité et cette promesse est source de confiance réciproque,
l’indissolubilité : ils s’engagent pour toute leur vie, car le mariage crée un lien sacré entre les époux.
la fécondité : ils acceptent d’être ouverts à la vie et d’accueillir avec amour les enfants qu’ils mettront au monde

Vous désirez vous marier à l’église ? Comme pour le baptême la première chose à faire est de vérifier que la date, le lieu et l’heure que vous désirez correspondent à une disponibilité du prêtre.

En général les mariages ont lieu à 11h00, 14h30 ou 16h00. Vous rédigez un courriez adressé au presbytère pour retenir officiellement la date et le lieu. En début d’année vous recevez alors une invitation à participer à une rencontre au Centre de Préparation au Mariage (CPM). Prévoyez en outre entre 3 et 5 rencontres avec le prêtre célébrant votre mariage

Le mot "Ordre", désignait dans l’antiquité romaine les corps constitués, au sens civil. L’Église a repris ce terme à propos de ses propres corps constitués et notamment de l’ordre des évêques, des prêtres et des diacres. L’intégration dans l’un de ces corps de l’Église se fait par une ordination comprenant l’imposition des mains et la prière de consécration, qui fait d’un fidèle baptisé un ministre ordonné.l'Ordre

L’Ordre est le sacrement par lequel la mission confiée par le Christ à ses apôtres est transmise dans l’Église et ce, jusqu’à la fin des temps. C’est ce que l’on appelle le ministère apostolique.
Ceux qui reçoivent le sacrement de l’Ordre sont consacrés pour être, au nom du Christ, par la parole et la grâce de Dieu, les Pasteurs de l’Église.

 

On distingue trois groupes parmi les hommes ordonnés :

  • Les diacres sont rattachés directement à l’évêque du diocèse. Ils sont diacres en vue de la prêtrise ou diacres permanents, dans ce cas, ils peuvent être mariés et continuent à exercer leur activité professionnelle.
  • Les prêtres forment le presbyterium et sont les collaborateurs de l’évêque
  • Les évêques forment le collège épiscopal uni à l’évêque de Rome.

Les ministres ordonnés exercent leur service au nom et en la personne du Christ auprès du Peuple de Dieu par l’enseignement, la célébration de l’eucharistie, l’administration des sacrements et la direction pastorale de la communauté.
Le sacrement de l’Ordre est un des moyens par lesquels le Christ ne cesse de construire et conduire son Église.

Toute l’Église est un peuple de prêtres, un peuple sacerdotal. Par le baptême tous les baptisés participent au sacerdoce du Christ. Cette participation s’appelle "sacerdoce commun des fidèles" et s’exprime dans une vie de foi, d’espérance et de charité.

VOUS HÉSITEZ À DEVENIR DIACRE OU PRÊTRE ?
Un service diocésain : le S. D. des Vocations accompagne votre démarche et vous aide à discerner de quel appel de Dieu vous avez à répondre. Le mariage ou l’Ordre sont des sacrements à caractère définitif, il est important donc de faire le bon choix dès le départ . Renseignements au presbytère de Plouaret ou au SDV Guénolé Berre 7, rue Jules Verne 22000 Saint Brieuc.

"Ceux qui s’approchent du sacrement de Pénitence y reçoivent de la miséricorde de Dieu, le pardon de l’offense qu’ils lui ont faite et du même coup sont réconciliés avec l’Église que leur péché a blessée et qui, par la charité, l’exemple, les prières, travaille à leur conversion" (LG 11).

La réconciliationLa réconciliation est une dimension essentielle de la foi chrétienne. Ce sacrement nous fait vivre ce qu’a réalisé Jésus lui-même, signe de la miséricorde infinie de Dieu.
Ce sacrement appelé sacrement de la pénitence et de la réconciliation est indissociablement un temps de reconnaissance du péché et de renaissance spirituelle pour les baptisés.

Dans le sacrement de réconciliation, la démarche de confesser son péché personnellement auprès d’un prêtre, permet une prise de conscience lucide devant l’Église. Le prêtre invite alors à la conversion. La pénitence proposée au pécheur est à la fois un signe de réparation et une action de grâce pour le pardon reçu.

A l’occasion des fêtes chrétiennes et des temps forts liturgiques, des célébrations chrétiennes de la réconciliation sont proposées aux baptisés. Les dates et lieux sont précisées dans les informations paroissiales dans la presse ou dans le bulletin paroissial. Il y a toujours possibilité de rencontrer un prêtre avant ou après la messe ou au presbytère sur rendez-vous.

LE SACREMENT DES MALADES
C’est le sacrement du réconfort. C’est le Christ qui rejoint celui qui souffre dans son corps ou dans son cœur. Même s’il ne supprime pas la souffrance, il apporte la paix et le courage de vivre la maladie. Ceux qui connaissent l’épreuve de la maladie ou du grand âge peuvent recevoir le sacrement des malades pour obtenir du Christ la force de vivre leur situation. Dans la paroisse le sacrement des malades est proposé au moment des pardons les plus importants mais on peu le recevoir à la maison ou à l’hôpital sur simple demande de l’aumônerie.

Le sacrement des malades

Le sacrement de l'onction des malades a longtemps été appelé le sacrement de l'Extrême onction, et réservé aux mourants.

Aujourd'hui, conformément à la tradition la plus ancienne, le sacrement que l'on donne aux mourants, c'est l'eucharistie, que l'on dit être reçu en "viatique" (pain de route).

L'onction est, quant à elle, réservée aux malades qui, dans les souffrances et les difficultés, demandent courage et espérance et reçoivent de l'Église, par ce sacrement, force spirituelle et confiance.

 

Comme tout sacrement, il transforme la personne qui le reçoit dans la foi. Quand l'onction des malades est donnée lors d’une célébration, c’est la communauté chrétienne toute entière qui recommande à Dieu la personne souffrante." Par l’Onction sacrée des malades et la prière des prêtres, c’est l’Église toute entière qui recommande les malades au Seigneur souffrant et glorifié, pour qu’il les soulage et les sauve ; bien mieux, elle les exhorte, en s’associant librement à la passion et à la mort du Christ à apporter leur part pour le bien du peuple de Dieu " (LG 11).

Quelles démarches faire en cas de décès d’un proche ?

La première question à se poser est ce que la célébration sera religieuse ? ensuite on fait appel à la société de pompes funèbres ou au presbytère pour arrêter l’heure de la célébration. Le presbytère fait appel aux membres de l’équipe funérailles du relais qui se charge alors de prendre contact avec la famille pour , notamment préparer la célébration et prévoir éventuellement un temps de prière. Les familles sont invitées à rencontrer le prêtre ou l’équipe de laïcs qui pourra personnaliser cette célébration par les textes et chants quelle auront choisis. L’équipe funérailles accompagnera la famille jusque la prière au cimetière.

LA PRIÈRE
La prière est un acte et parfois une attitude visant à entretenir un sentiment d'union avec Dieu. Elle peut être codifiée ou non, collective ou individuelle. Elle peut être isolée et unique dans une histoire personnelle et spontanée ou rituelle et même permanente chez les grands croyants.

Dans la paroisse des guides sont fomés pour conduire les célébrations d'obsèques chrétiennes en l'absence de prêtre:

- M Jean Rubeus,

- Mlle Marie-Françoise Riou,

- M Robert Garandel,

- Mme Alix de Sainte-Foy,

- SÅ“ur Anna.

Ces guides sont soutenus et aidés par des équipes qui les aident dans la préparation et l'animation des célébrations. Qu'ils en soient remerciés. La paroisse continue à faire appel à des bonnes volontés qui accepteraient de prendre le relais en leur absence.

Secours Catholique

CCFD

KTO

Vatican

LTC

Vous êtes ici : Accueil Paroisse Sacrements